samedi 14 mars 2015

Voir autrement le mode SOLO ( 3 / 3 )


     Dans la première partie de cette série d'articles avait été abordée la spécificité du montage scénaristique dans les films et les séries télévisuelles. La seconde partie mettait en avant la capacité pour un joueur le fait de « revivre » une partie d'un mode SOLO, ce qui introduisait une possibilité de ne pas reproduire ad æternam la même histoire par la proposition d'un nouveau modèle de scénario possédant des caractéristiques séquentielles. Cette dernière partie abordera la construction interne des cases présentées précédemment.


DES PETITS DESSINS DANS LES GRANDS.

     En reprenant donc la présentation de l'article précédent, la structure générale d'un scénario d'une campagne SOLO pourrait se présenter selon la première figure ci-contre. Chacune des cases où se trouve noté le mot « ETAT » correspondant à une configuration spécifique et considérée comme importante vis à vis de l'histoire.



     Je n'utilise pas le mot temps volontairement car je crois que, même si dernier joue un rôle non négligeable dans une construction scénaristique, il n'en demeure qu'un élément, qu'un paramètre parmi d'autres.

     Nous allons donc réaliser un agrandissement sur l'une de ces cases. Il en résulte dans notre cas précis neuf sous-parties pour chacun de nos carrés nommé « ETAT ».

  A ce stade, je tiens à préciser que cette décomposition spécifique est strictement lié au hasard de la représentation initiale du découpage. En effet, dans le principe, rien n'interdit :

- Que certaines des cases demeurent vides,

- Un découpage rectangulaire, qu'il soit horizontal ou vertical. Au lieu d'un découpage 3*3 représenté sur la seconde figure, nous aurions été en face d'un découpage 4*2 ou 3*7,

- Une représentation en trois dimensions ( ou plus ) pour chaque case nommée « ETAT ». Dans ce cas, la construction d'un scénario s'avérerait certes beaucoup plus complexe mais absolument rien n'empêche de penser que des éditeurs pouvant traiter ces configurations puissent être conçus. Par analogie, qui aurait pu songer il y a vingt ans les capacités actuelles de l'informatique, les immenses bienfaits de la communauté dans le monde du web ou la multiplicité des modes de pensée présentées à tort ou à raison dans différents blogs ( l'humour permet le recul, n'est-ce pas )? les mathématiciens appellent ces formes des matrices et les informaticiens raffolent de ce type de structure : bref, on ne fait pas dans l'inconnu.

     Mais, pour le plaisir de la discussion, je resterai dans le carré 3*3 , le plus important étant d'essayer de faire comprendre ma modeste petite idée que de se lancer dans des configurations n'apportant aucun élément nouveau.

A L'INTERIEUR DES BLOCS.

     C'est donc à ce niveau que les choses vont peut-être commencer à légèrement se compliquer. En effet, pour l'instant, chacune des sous-cases semble connectée par les flèches extérieures, qu'elles soient entrantes ou sortantes. Mais ce serait oublier ce qui caractériserait chacune de ces sous-cases en elles-mêmes. Rien n'interdit à ce stade de raisonnement l'apparition de données spécifiques internes prenant la forme de tables ( encore ! )

     En toute franchise, j'avoue qu'il devient à ce stade difficile d'imaginer pratiquement ce que deviendrait cette structure sur un cas pratique. Tout d'abord par le fait qu'il faut intégralement repenser le montage complet d'un scénario sur une telle base, ce qui n'est pas facile même si l'horizon des événements s'y produisant exploserait sans aucun doute, selon moi.

     Sur cette considération s'ajoute la définition de ces sous-états inclus dans chacune des cases et, en plus, la caractérisation autant des inter-liens que des différent paramètres étant liés à chacune de ces sous-cases.

     Néanmoins, je demeure très subjectivement ferme sur mon angle de vue quand à cette potentialité d'accroître les immenses potentialités de réactualisation d'un mode solo qui intégrerait ainsi, au minimum, de manière structurelle les variations d'actions du joueur. Rien n'interdit d'imaginer à terme que, sur une situation initiale identique, non seulement les résultats d'une campagne seraient radicalement différents, mais que cette différence se réaliserait de manière dynamique.

En vous remerciant de votre lecture, suite au prochain épisode.